The child, the state, and the Victorian novel – Laura C.Berry (1999)

SONY DSC

La rentrée universitaire est derrière moi depuis deux semaines déjà, et elle a mis un sacré coup à mon rythme de lecture. Entre les cours, les obligations annexes, la thèse, une communication à préparer pour un colloque et les lectures plaisir, j’ai encore un peu de mal à jongler avec ce nouvel emploi du temps bien chargé.

J’ai donc peiné à venir à bout de cet ouvrage passionnant, qui faisait pourtant partie des lectures « loisir ». Le roman victorien et moi entretenons une relation conflictuelle. Un collègue et ami, découvrant ma bibliothèque il y a de ça quelques temps déjà, s’était exclamé « et bien, il y a pas mal de victorien ici! », ce qui m’avait passablement surprise. Loin d’être ma période de prédilection, je ne peux pourtant pas dire que j’aie déjà été déçue par un roman du XIXème siècle, bien au contraire. Tous ceux que j’ai lus m’ont comblée, et pourtant…j’y reviens rarement spontanément. Et encore une fois, ironiquement, le choix de ce livre illustre parfaitement l’étrangeté de mes rapports avec le victorien…

Cette étude de Laura C.Berry propose une façon tout à fait dynamique et stimulante d’étudier la place et le statut des enfants dans le roman victorien. Partant en effet de débats politiques, de lois mises en place, ou plus largement de discussions dans l’air du temps, l’auteur confronte ces derniers à de grands textes littéraires de l’époque, ayant en commun d’aborder la question de l’enfant dans la société. Car, fait tout à fait étonnant, en Angleterre, la lutte pour les droits des enfants est passée par la politique tout comme elle s’est épanouie dans la littérature. Il n’y a qu’à penser aux romans de Dickens, pour réaliser qu’effectivement, l’enfant dans le roman victorien dénonce constamment quelque chose.

Par le biais de romans majeurs tels que Frankenstein, Oliver Twist, Dombey & Son, Wuthering Heights, Wildfell Hall et Adam Bede, Laura C.Berry revient sur les débuts des débats sur le statut de l’enfant dans la société anglaise au XIXème siècle. Depuis longtemps considéré comme de la vermine, au même titre que tous les pauvres, l’enfant devient petit à petit, timidement, une solution contre la pauvreté. On réalise qu’en l’éduquant, on parvient à en faire un adulte qui n’est pas une bête, cherchant uniquement à survivre et à se reproduire (le parallèle de l’auteur entre la figure du pauvre et la créature de Frankenstein -faite de morceaux humains issus, on l’imagine, de corps d’indigents, en quête d’une partenaire et réprimant perpétuellement une faim dévorante- est d’ailleurs brillante et tout à fait inspirante). L’enfant doit alors être séparé de ses parents, afin qu’il ne soit pas « contaminé ».

La question de la contamination est loin d’être marginale, puisque nous retrouvons ensuite le débat autour des nourrices, cristallisant toutes les angoisses des classes supérieures à propos de la circulation des fluides entre pauvres et riches. Puisque l’enfant pauvre doit être tenu à l’écart de ses parents pour éviter d’être moralement souillé, la nourrice, en allaitant les enfants riches (et donc moralement exemplaires), ne risque t-elle pas de corrompre les classes dirigeantes? Ceci, ainsi que l’avènement des réseaux ferroviaires, voit naître l’angoisse de la fluidité entre des mondes destinés à ne jamais se côtoyer. L’enfant serait alors la petite plaie par laquelle l’infection peut se propager à toute une classe.

Les deux derniers chapitres de l’ouvrage sont eux consacrés à la question de la garde des enfants (souvent donnée au père, d’office, et ainsi semblable à une sorte de détention carcérale) mise en parallèle avec le roman Wuthering Heights d’Emily Brontë où l’enfant (et plus tard l’adulte) est maintenu dans une sorte de servitude quasi animale; et au très sombre sujet de l’infanticide, confronté cette fois-ci au roman Adam Bede de George Eliot.

Evoquant des lois et débats tout à fait majeurs du XIXème siècle, l’auteur illustre la façon dont, d’un état presque purement libéral, la question de la sphère privée, et donc de l’éducation et des enfants, est devenue le souci d’un état de plus en plus interventionniste. Et a abouti, après quelques dizaines d’années (entre autres), à la scolarité obligatoire et à la reconnaissance d’un individu à part entière, doté d’une psychologie propre et absolument déterminante pour l’avenir du pays entier.

(Pas de traduction française)

Publicités

10 réflexions sur “The child, the state, and the Victorian novel – Laura C.Berry (1999)

  1. En tant qu’adepte des romans victoriens (sans aucune restriction^^), je trouve que ce livre a effectivement l’air passionnant.
    Je vois que tu lis la Mandoline du Capitaine Corelli. j’attends ton avis sur ce livre car l’adaptation était bien mièvre.

  2. Et il l’était!!
    Concernant Captain Corelli’s Mandoline, je sais! J’ai cherché des photos du film pour voir ce que ça donnait, et j’ai été mais mor-ti-fiée de voir Nicolas Cage et Penelope Cruz à l’affiche. Rien que les photos avaient l’air niais, c’était affligeant. Par contre, j’en suis à la moitié du roman et je suis incrédule, car il est vraiment, vraiment bien (et tout sauf cul-cul pour le coup).

  3. Je ne connais pas « Adam Bede » mais ne suis pas certaine de pouvoir le lire. Je dois dire que tout en semblant riche et intéressant je trouve cela bien sombre comme l’est, surtout par le passé, la condition des enfants. Cela m’attriste tant, surtout quand on a conscience de leur psychologie si fine, leurs émotions et leurs incroyables capacités et ce dès les premières minutes après leur naissance…

    • Non, c’est sûr, ce n’est pas un sujet très gai, mais le fait que l’auteur présente une évolution « vers le mieux » rendait la chose moins tragique, du coup!

      • Oui, c’est aussi ce que je me suis dit, il y a comme une ouverture positive à la fin qui équilibre le tout pour les lecteurs les plus sensibles au sujet.

  4. Pingback: The Tenant of Wildfell Hall – Anne Brontë (1848) | Une lyre à la main

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s