Great Expectations – Charles Dickens (1860-61)

SONY DSC

Pip est un jeune orphelin qui a été élevé par la poigne de sa soeur aînée, une vilaine femme haineuse et pétrie de ressentiment, et par le mari de celle-ci, l’adorable Joe Gargery, forgeron de son état. L’avenir du jeune Pip semble tracé d’avance: destiné à reprendre la forge de Joe, il nourrit cependant des rêves démesurés. En effet, il rêve de devenir un gentleman instruit, mais malheureusement, l’imperméabilité des classes sociales à l’époque victorienne semble condamner Pip à n’être un vulgaire forgeron illettré.

Deux événements marquants vont pourtant changer sa vie à jamais: sa rencontre avec un prisonnier fugitif, à qui il apportera de l’aide, mais surtout, sa rencontre avec la magnifique et glaciale Estella Havisham, jeune aristocrate hautaine et méprisante élevée par sa mère adoptive, la mystérieuse et inquiétante Miss Havisham. Pip tombe immédiatement amoureux d’Estella, qui n’a que faire de ce jeune garçon pauvre et mal attiffé. Et pour cause, depuis sa plus tendre enfance, Estella a été élevée et façonnée par Miss Havisham, afin d’en faire une créature incapable d’aimer, uniquement désireuse de briser des coeurs. Et ceci, nous ne tardons pas à l’apprendre, a un lien avec le sombre et tragique passé de Miss Havisham…

Un beau jour, à sa plus grande surprise, Pip se retrouve en possession d’une fortune conséquente. Un inconnu bienfaiteur désirerait faire de lui un gentleman, et l’exhorte par le biais de son notaire de s’installer à Londres pour faire son entrée dans le grand monde. Persuadé qu’il s’agit de Miss Havisham, qui lui réserverait secrètement la main d’Estella, Pip vit dans l’attente de cette union, et découvre la vie dans cette grande ville, avec toutes ses réjouissances et ses dangers.

Pip va croiser une galerie impressionnante de personnages, tous plus hauts en couleurs les uns que les autres. A Londres, les aristocrates côtoient les prisonniers en fuite, la petite bourgeoisie, les artisans. Malheureusement pour Pip, après de nombreuses années à vivre confortablement en oisif, la fin de ses rentes et la découverte de l’identité de son bienfaiteur vont bouleverser son quotidien et toutes ses croyances. Il se retrouve alors mêlé à une histoire incroyablement complexe, dangereuse, dont l’issue est tout sauf certaine.

Great Expectations appartient à la grande famille du Bildungsroman, le roman d’apprentissage, qui retrace l’entrée d’un jeune garçon dans l’âge adulte par le biais de tout un tas de rencontres et péripéties. Et elles ne manquent pas! A l’image du roman roman picaresque dont Great Expectations s’inspire tout de même grandement, Pip va côtoyer toutes les couches de la société et former ainsi un tableau incroyablement détaillé des moeurs de l’époque.

Je crois que c’est ce que j’ai préféré dans ce roman. Le côté agaçant de certains personnages (Pip mériterait quand même des gifles!) est largement rattrapé par la quantité phénoménale de détails sur la société anglaise à Londres ou à la campagne au 19ème siècle. Dickens a un talent formidable pour ce qui est des descriptions et pour épingler les travers de chaque milieu social, et c’est, encore une fois, un pur délice que de se laisser porter par le tableau que brosse l’auteur.

Je n’avais jusqu’ici lu que très peu de Dickens, mais j’ai du coup très envie de me plonger dans le reste de son oeuvre!

(Titre français: De grandes espérances)

Roman lu dans le cadre d’une lecture commune organisée par Adalana.

Publicités

14 réflexions sur “Great Expectations – Charles Dickens (1860-61)

  1. Pingback: Charles Dickens – De grandes espérances | Adalana's Imaginary World

  2. Mon sentiment est plus mitigée et je ne suis pas sûre d’avoir envie de relire Dickens de si tôt !
    Merci d’avoir participé à cette lecture commune 🙂

  3. Je suis contente de lire ton billet car Adalana et Mrs Figg étaient très mitigées. Et comme j’adore « De grandes espérances », j’aimerais que ce soi le cas pour tout le monde ! Lire Dickens est toujours un régal pour moi.

  4. Pingback: De grandes espérances – Charles Dickens | Un cahier bleu

  5. Comme toi, j’ai été complètement séduite (et je n’ai même pas eu envie de baffer Pip^^). Je suis partante pour un nouveau titre !
    J’ai regardé vite fait et je n’ai pas trouvé pour le Irving mais ca m’intrigue aussi.

  6. Je fais partie de celles qui auraient bien secoué un peu Pip lol ! Cependant, comme toi, j’ai été séduite par la galerie de personnages vraiment mémorables, toutes classes socales confondues.

  7. Moi je ne lis pas mais regarde en ce moment la mini série BBC « Little Dorrit » et là aussi une des choses les plus délicieuses est cette galerie de personnages tous issus de milieux si divers! J’ai hâte d’en relire un, récemment j’ai fini « Mugby », bien court par raport aux grands romans si riches de Dickens!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s