La Domination Masculine – Pierre Bourdieu (1998)

photo-12

J’ai littéralement dévoré ce court essai de Pierre Bourdieu. A une époque où le féminisme bat son plein, et où la question du « genre » est plus vivace que jamais, il est important -je pense- de s’informer et de lire afin de comprendre les enjeux de ce débat.

Cet ouvrage est un bon point de départ, puisqu’il n’entre pas dans des détails techniques comme peut le faire par exemple Judith Butler (une des grandes théoriciennes du genre), mais part d’un postulat simple: il faut absolument que la domination masculine, qui depuis des siècles passe pour un état de fait, redevienne un simple processus historique de diminution de la femme et de glorification de l’homme. Rien de naturel, donc, mais uniquement de l’acquis, et un acquis tellement installé dans nos subconscients que l’on ne pense jamais à se demander pourquoi, par exemple, les femmes auront tendance à préférer un partenaire plus grand qu’elles.

C’est à partir de constatations comme celles-ci, et en prenant comme objet d’étude ethnologique la société kabyle qui est pour Bourdieu un véritable « conservatoire de l’inconscient méditerranéen » dont notre société est elle-même issue, que l’auteur démêle les mécanismes de la domination masculine et, par ricochet, de la soumission féminine.

Et puisque ce rapport de pouvoir ne repose sur absolument rien de concret, de naturel, mais uniquement sur du symbolique, Bourdieu choisit d’étudier, de façon historique, les mécanismes et institutions qui, depuis toujours, véhiculent et préservent les structures inconscientes de la domination masculine. Travail, Etat, Ecole, Eglise, toutes ces institutions contribuent, dans la sphère publique, à maintenir une division et une répartition des tâches totalement arbitraire entre les hommes et les femmes.

La conclusion est ouverte: le gros du travail reste encore à faire. Car il ne suffit pas seulement de disséquer des milliers d’années de relations homme-femme totalement biaisées, mais de trouver le moyen de déconstruire ces relations afin de les « normaliser ». Et il ne suffit pas uniquement de rendre justice aux femmes, vues comme des victimes, mais bel et bien de réaliser que ceci passe également par une libération masculine, de ce joug de la masculinité, bien plus puissante que les hommes eux-mêmes et souvent aussi lourde à porter que le poids de la soumission féminine.

Publicités

5 réflexions sur “La Domination Masculine – Pierre Bourdieu (1998)

  1. Votre article est déjà très intéressant, et donne à penser… Quand on réfléchit, tout cela est évident, mais quant à la déconstruction d’habitudes millénaires… Il y a malheureusement beaucoup de chemin à faire…

    • Oui, et il est parfois bon de remettre le nez dans toutes ces « évidences » qu’on ne prend même plus la peine de questionner. Cet essai est un vrai « coup de pied aux fesses », et donne envie, d’une façon ou d’une autre, d’apporter sa pierre à l’édifice…

  2. Dorothée a raison il y a beaucoup de chemin à faire et j’ai l’impression que ce chemin est ardu et de plus en plus ces derniéres années .J’ai toujours eu conscience de ces problémes ;Votre article me donne vraiment envie de lire ce livre .Il ne faut pas baisser les bras .Les petits ruisseaux font les grandes riviéres

    • Je suis tout à fait d’accord avec vous, le chemin est ardu mais la solution dépend de chacun d’entre nous. Il est facile de changer, même un peu, ces mécanismes à notre niveau en y sensibilisant les enfants, nos conjoint(e)s, nos proches. La route sera longue, mais comme vous dites, il ne faut surtout pas baisser les bras.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s