Ten Little Indians – Sherman Alexie (2004)

photo-26

Ma découverte de la littérature des Indiens d’Amérique s’est faite complètement par hasard, lorsque j’ai emprunté un ouvrage à la bibliothèque sans en lire le résumé, pensant qu’ils s’agissait d’Indiens d’Inde (j’aime vivre dangereusement!)! Cela faisait un long moment que je voulais découvrir cette littérature, mais je ne cessais de repousser ce moment, faute de temps pour lire des choses qui me font vraiment envie (damn you, la thèse…). Double et heureuse surprise, donc, puisqu’il s’agissait en plus d’un recueil de nouvelles, genre que j’affectionne tout particulièrement.

Je l’ai lu il y a un peu trop longtemps maintenant (début décembre me semble t-il) pour m’en souvenir avec autant de précision que je le souhaiterais mais j’ai en revanche la certitude d’avoir passé un moment absolument exquis en compagnie de ce nouvel auteur, sur lequel j’ai lu beaucoup de choses très engageantes. J’y ai retrouvé des particularités que j’aime beaucoup en temps normal dans les littérature postcoloniales, notamment la sagesse et une certaine dimension spirituelle, très apaisantes et étonnamment rafraîchissantes.

Mais surtout, j’y ai découvert un auteur absolument hilarant, et une façon de traiter de sujets parfois douloureux (notamment la situation des Indiens aujourd’hui, paupérisés, pour la plupart sans éducation, parfois alcooliques, souvent clairvoyants sur leur propre situation) avec un humour qui m’a réellement fait rire en pleine lecture, de ce rire à la fois spontané et attendri par l’autodérision d’un peuple qui connaît les défaut d’autrui mais connaît avant tout les siens.

D’autres romans écrits par des Indiens d’Amérique m’attendent sagement sur les rayonnages de ma bibliothèque, attendant surtout le moment où enfin, je serai libre de lire simplement par plaisir, et plus uniquement par devoir…(mais ce n’est pas pour tout de suite!)

Publicités